LA VICTOIRE DE SAMOTHRACE,

le "CHEF D’OEUVRE DU DESTIN" , ANDRE MALRAUX

LE CHEF D'OEUVRE DU DESTIN

LE LOUVRE

La Victoire de Samothrace est au Louvre depuis à la fin du 19ème S. Elle fait partie des 3 muses du Musée du Louvre avec la Joconde et la Vénus de Milo.
De part sa taille la Victoire dégage une autorité naturelle qui s'impose à tous.

La Victoire mesure
2,40 m de haut
3,28 m ailes comprises

Elle repose sur un socle de plus de 2 mètres

Le révélateur de la "Victoire" est le conservateur Felix Ravaison qui fit aménager ce site stratégique.

C’est un écrin digne de sa présentation originelle.

Aujourd’hui, en haut de l’escalier Daru elle se trouve dans la situation un peu semblable à celle du Pèlerin grimpant vers le sanctuaire des grands dieux

C’est une découverte progressive.

L’INVENTEUR

Charles Champoiseau, vice consul de France à Andrinople (Edirne Turquie) qui la découvrira a le 15 avril 1863.

En 1875, une mission archéologique autrichienne fouille de nouveau le site et identifie les gros blocs de marbre gris comme la proue d'un navire servant de base à la Victoire.
Grâce au travail de Charles Champoiseau les relevés permettent de montrer que la vue normale de la Victoire était son trois-quarts gauche : au reste, la finition du côté droit est rudimentaire.
Ce qui est certain, c’est que cette sculpture constitue la création la plus grandiose de ce type. Nombreux écrivains ont célébrés ce “Chef d’oeuvre du destin”, Rilke, Annunzio, Pond, Prévert,... mais aussi Rodin, un peu critique sur la statuaire dans les musées

LA SCULPTURE

Juchée sur la proue d'un navire, cette divinité ailée annonce une victoire navale.
L'extraordinaire virtuosité du drapé crée la puissance de la Victoire, Ce qui est intéressant, c’est qu’il bouillonne pour donner des effets de surface contraires à l'esprit classique de l’époque.
Dans sa position, sa jambe droite lui assure la stabilité nécessaire : en confrontation directe avec les caprices de la mer, vent et tempête.

Ce thème du vent est d'ailleurs par ses ailes déployées qui lui donne un élan, est aussi visible dans le rendu du drapé qui donne l'impression que le vent plaquait les vêtements de la Déesse sur son corps, elle porte un peplos qui lui colle à la peau car il est au vent ( la technique utilisée par le sculpteur est celle du drapé mouillé ). Le Peplos vêtement en laine formé à partir d'un rectangle de laine replié par le milieu. Il est fixé sur les épaules à l'aide de fibules (Broches)

Il et est le plus souvent ceinturé. Pour la Victoire, la ceinture, n'est pas à la taille mais en dessous de la poitrine
A côté des parties révélées, la délimitation visible des jambes ou la finesse des détails anatomiques plus petits comme le nombril, un contraste est créé avec une autre sorte de drapé, représenté de manière plus fouillie, au regard de l'enchevêtrement de plis entre les jambes.

MYTHOLOGIE / SENS

Cette Victoire n'est pas uniquement le symbole d’un succès militaire : c’est une création épique.
cette femme ailée est une allégorie de la Victoire.
D’ailleurs, le corps permet à Charles Champoiseau d'identifier une représentation de Niké. Dans la mythologie grecque, Athéna Niké est une déesse personnifiant le Triomphe et la Victoire. Elle est représentée comme une divinité ailée, capable de se déplacer à grande vitesse.

La sculpture devait s'intégrer parfaitement à son environnement d'origine et correspondre à une mise en scène délibérée ; elle s'ouvre en effet dans toutes les directions par ses ailes déployées.
Certains supposent que le monument a été offert par les vainqueurs d'un combat naval en commémoration d'une victoires face à Antiochos III de Syrie peut-être celle
de Cos (v. 261 av. J.-C.), /
de Sidè ou encore /
de Myonnisos (toutes deux en 190 av. J.-C.
La Victoire de Samothrace, pourrait commémorer l’un de ces évènements. Elle serait donc légèrement postérieure à cette date.

ILE DE SAMOTHRACE & SANCTUAIRE DES GRANDS DIEUX

l’île de Samothrace au nord-ouest de la mer Egée au large de la Thrace. Samothrace est aussi l'île de la Déesse Cybelle
Cette île était un lieu initiatique vénéré dans l'Antiquité jusqu'au début de la Chrétienté, Saint Paul y fit escale.
Le sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace est célèbre dans l'ensemble du monde grec dès l'époque classique pour son culte à mystères. C'était un lieu très recherché pour la philosophie qui s'en dégageait.
On y espérait devenir un nouvel individu, plus serein, plus éveillé au monde. On y venait que l'on soit riche, pauvre ou même un simple esclave.
Ce culte des mystères est mentionné par Platon et Aristophane.
On pénétrait dans la Tholos, immense salle parfaitement circulaire où l'initiation aux mystères commençait. On en sortait en pénétrant dans une salle d'offrandes, où chaque pèlerin laissait un don à la mesure de ses richesses. Doté de 2 étages, c'est sans doute le plus grand monument rond de toute l'architecture grecque antique.
Le temple formé de colonnes aujourd'hui blanches, était surmonté de motifs dentelés en marbre, puis sur la gauche un théâtre très pentu, un lieu d'échanges entre orateurs.
À l'arrière de ce temple, sur un lieu un peu surélevé sur lequel trônait la fameuse Victoire Ailée,

Visible depuis la mer, la Victoire surplombait une falaise à l'extrémité du sanctuaire dédié aux dieux Cabires, protecteurs des marins Ces divinités, sont les plus anciennes du monde mythologique. Ont sait que le sanctuaire connu une période de développement architectural spectaculaire à l'époque hellénistique.

DATATION ET ATTRIBUTION

On ne connaît pas le sculpteur, (une des hypothèses est que c’est peut-être une création de Pytocritos de Rodhes

Cependant le style permet de situer la création au cours du IIème siècle avant JC.
Le motif de la Victoire,
Le type de navire typiquement Rhodiens / Vaisseau sans pont avec 2 1/2rang de rames et 2 éperons à l’avant comme l'origine du calcaire de la proue. Le sens du volume semble indiquer une création rhodienne, proche de l'art de Pergame. C'est en effet à Pergame, que s'épanouit un style baroque qui rappelle le style de la Victoire de Samothrace.

TECHNIQUE UTILISEE

Sculpture en ronde bosse. (Une ronde-bosse qualifie un élément sculpté dont on peut faire le tour, à la différence du bas-relief ou du haut-relief).
La Victoire est en marbre blanc de Paros. Le bateau et le socle sont en marbre de Rhodes gris veiné de blanc,
La Victoire se compose de 3 éléments : / un socle rectangulaire, / une base figurant l'avant d'un navire et la Victoire.
La Victoire est composée de petits blocs de marbre travaillés séparément :
le corps,
le buste
la tête,
les deux bras
et les deux ailes.

Les blocs sont assemblés entre eux par des goujons de bronze. Cette astuce, largement utilisée par les sculpteurs grecs, permet d'économiser des frais de matériau : il était plus facile d'extraire de petits blocs qu'un seul gros.

La tête a toujours été manquante.

La main droite, retrouvée en 1950, est exposée dans une vitrine sur le palier situé à gauche.

CONCLUSIONS

Le plus étonnant est de constater que le monde n'a pas beaucoup changé, que les hommes peuvent toujours se classer aisément en deux catégories,

les totalitaires conquérants (Antiochos III)
et les esprits libres, créatifs (Rhodes),

La "Victoire" est-elle symbole de l'Utopie démocratique ? Et l'art dans tout ça ? Est-il toujours représentatif des sociétés ?

_________________________________

Head - Haut de la page
Head / Haut de page

En librairie ( Le Louvre )

La victoire de Samothrace de Michel Ellenberger

Photos ECG