Du Fer pour adoucir les moeurs
par Frédéric Chappey
Conservateur des Musées de la Ville de L'Isle-Adam,
Maître de conférences en Histoire de l'Art à l'Université de Lille III


Février 2001

Comme de nombreux artistes contemporains, Alain Valtat a exercé plusieurs métiers il a été tour à tour photographe, peintre et seulement enfin sculpteur. Aujourd'hui, il n'est que sculpteur. C'est d'ailleurs l'un des rares en France à n'être que cela et rien d'autre. Alain Valtat n'enseigne pas la sculpture, il la pratique, l'élabore et l'exécute. Année après année, il tente courageusement, certains diront de manière téméraire, de vivre de sa sculpture. Il le veut, il l'exige de lui-même.

Il y a un véritable défi de la part d'Alain Valtat, lorsqu'il choisit de créer du Beau, non pas avec les matériaux traditionnels de la sculpture comme le marbre, la pierre ou le bronze, mais avec un matériau représentant au contraire aux yeux du grand public l'antithèse absolue de la Beauté la vieille pièce en fer provenant de décharge de ferrailleurs. Faisant fi de l'élégance des patines du bronze, il privilégie le métal le plus anodin et le plus quelconque, apparemment le plus impropre à la germination du Beau en sculpture. Apparemment seulement. En effet, pour Alain Valtat, le fer est le matériau par excellence de la sculpture contemporaine. Sa noblesse initiale ne réside t-elle pas d'ailleurs dans son origine ancestrale, une des premières révolutions dans l'histoire de l'humanité remontant à cet "Age du Fer", apparu au 8ème siècle avant notre ère.

Pour Alain Valtat, l'IPN (poutrelle de construction à Profil Normalisé), peut à la fois, être considéré intellectuellement comme l'élément symbolique le plus représentatif de cette autre révolution ; la révolution industrielle et technologique qui a façonné notre civilisation occidentale depuis plus de 150 ans, mais aussi esthétiquement comme une forme géométrique pure alliant paradoxalement, finesse du dessin et robustesse de la matière. Peu importe la qualité et l'apparence du matériau employé par l'artiste. Peu importe que certains ne voient que poutrelles tordues et tôles froissées, ces assemblages, ces constructions dirait Alain Valtat, sont promus et sublimés par l'imagination féconde de l'artiste au rang d'oeuvres d'art.

L'oeuvre d'Alain Valtat réside ainsi dans un jeu complexe d'oppositions formelles, nombreuses et savantes, entre le poids du matériau utilisé et la légèreté de l'équilibre des formes en expansion dans l'espace, entre la fragilité de la tôle froissée et la solidité de I'IPN (ressuscitant l'ancestrale opposition entre le plan et la ligne), entre le caractère rectiligne de certains axes linéaires, et celui ondulatoire de certains autres faits de courbes et de contre courbes, enfin, entre l'apparente dureté de ces poutrelles fabriquées pour supporter des gratte-ciel et la facilité déconcertante avec laquelle l'artiste les plie et les tord comme bon lui semble.

Alain Valtat n'est pas un artiste isolé. Au-delà des réminiscences avec les constructivistes russes des années 20, son art se rattache à l'évidence à tout un courant de sculpture contemporaine anglo-saxonne né au début des années soixante auquel appartiennent des sculpteurs aujourd'hui aussi bien représentés dans les musées d'art moderne du monde entier que David Smith, Anthony Caro, John Chamberlain, Robert Morris, Herbert Ferber ou Mark di Suvero, pour ne citer que les plus connus. Cependant, si ces illustres devanciers ont ouvert la voie à une certaine réflexion sur la société contemporaine et ses matériaux de prédilection, l'art d'Alain Valtat, s'affirme d'une grande originalité. Il est un des seuls sculpteurs abstraits contemporains à oser autant jouer des concepts de la variété et de la diversité, d'une part des formes, afin d'aboutir à des compositions mêlant volumes, surfaces et lignes projetées dans l'espace comme de mystérieuses calligraphies, et d'autre part, des couleurs qui si elles s'atténuent d'année en année, ont, par leur polychromie ludique "picturalisé" ses oeuvres et représenté souvent comme une signature monumentale de l'artiste.

Une majeure partie de l'oeuvre d'Alain Valtat est constituée de pièces de grandes dimensions conçues pour être installées en extérieur, afin de mettre en valeur un site public qui lui-même devient avec le temps un décor et un "fond de scène" à ses sculptures. En 1994. Alain Valtat a écrit que "face au malaise des banlieues en passe de devenir ghettos, l'art urbain, la sculpture en particulier peut concourir à une ré-appropriation de l'espace pour le citoyen". La sculpture urbaine n'est pas inutile ou superfétatoire. Elle ne doit pas être la "cerise sur le gâteau" d'une opération d'urbanisme ou d'aménagement d'un lieu public. Elle confère à l'espace qu'elle occupe un aspect poétique, une part de rêve, qui l'humanise et le rend tout simplement "habitable". Une ville n'a pas seulement besoin de commerces. Une sculpture, par la puissance ludique de l'équilibre de sa tridimensionnalité, peut achever une ville, une vraie ville où il fait bon vivre. Par sa gratuité même, la sculpture d'un artiste comme Alain Valtat élève la pensée et anobli le regard du passant qui la croise sur son chemin. Si "l'utilité" des oeuvres de cet artiste devait être prouvée, elle résiderait sans doute dans cette nécessaire obligation qu'elles ont reçu d'apporter de la Beauté (du "signifiant" diraient certains), là où il n'y en avait pas encore.

A juste titre Alain Valtat pense depuis longtemps que la création contemporaine a toujours eu comme fonction d'être un facteur de cohésion sociale lorsqu'elle est mise à disposition d'une population donnée. En effet, la sculpture publique embellit nos villes et agrémente nos vies, car elle leur apporte ce supplément d'âme qui nous intrigue et nous surprend, nous agace parfois en nous forçant à réagir à sa présence ou au contraire, nous amuse et nous ravit par sa pure liberté.

F.C.